5 conseils pour travailler dans le train de manière intelligente, ergonomique et saine.

La «Work Smart Week» a lieu cette semaine du 15 au 21 mai. De nos jours, le travail n’est plus lié à un lieu précis. Ainsi, le train peut également servir de poste de travail. De plus en plus d’actifs et d’étudiants tirent profit au quotidien du temps qu’ils passent en déplacement pour travailler. Grâce au stockage en ligne, aux échanges de courriers électroniques, à Skype et à une connexion Internet mobile toujours plus rapide, le train devient pour ainsi dire un deuxième bureau.

Néanmoins, le travail mobile ne doit pas se faire au détriment de la santé. Grâce aux conseils et astuces suivants, vous êtes parés pour travailler dans le train de manière intelligente, ergonomique et saine.

1. Adopter une posture saine.
Le plus souvent, une mauvaise posture empêche de travailler sainement dans le train. Certes, il est généralement possible d’incliner les sièges afin de lire confortablement. Toutefois, ils ne remplacent en aucun cas un siège de bureau ergonomique adaptable. C’est précisément pour cela qu’en cas de travail dans le train, il est important de faire attention à sa posture et de changer souvent de position assise. On parle dans ce cas d’assise dynamique permettant de prévenir les maux de dos et les douleurs aux épaules.

Afin de bénéficier des meilleures conditions de travail possibles à bord du train, le mieux est de choisir une place côté fenêtre, avec table et prise électrique. L’on dispose non seulement de plus d’espace à cette place, mais on peut aussi adopter une meilleure position grâce à la surface de travail. Il est ainsi possible d’éviter la position de travail typique en déplacement (ordinateur portable sur les genoux et dos courbé) et de prévenir les douleurs de la nuque.

Si aucune place côté fenêtre (avec table) n’est disponible, il convient d’être d’autant plus conscient de cette posture et d’y remédier. L’utilisation d’une pochette rigide comme support peut aider à éviter d’adopter une mauvaise posture. À l’avenir, les CFF prévoient en outre d’aménager des compartiments de travail équipés de tabourets hauts, dans lesquels il sera possible de travailler en toute sérénité dans une meilleure posture et avec vue sur l’extérieur.

L’ordinateur portable accompagne en permanence les adeptes du travail mobile. Cet outil présente deux avantages: il est d’une part facile à emporter et est d’autre part bien adapté au travail à bord du train. Néanmoins, le fait que l’écran se situe très près du clavier gêne la saisie et constitue un inconvénient. Il est préférable d’utiliser un clavier et une souris externes afin de ne pas être restreint par le pavé tactile.

2. Faire attention à l’éclairage.
Fixer l’écran d’un ordinateur pendant une longue période fatigue les yeux, un effet qui est encore renforcé par un mauvais éclairage. Un bon éclairage et une luminosité élevée de l’écran permettent de ménager les yeux et de prévenir les douleurs oculaires et les signes de fatigue.

Heureusement, la lumière du jour constitue le meilleur éclairage, notamment lorsque l’écran est éclairé latéralement au lieu de l’être par l’arrière ou par l’avant. Il est donc préférable de ne pas s’asseoir directement sous une lampe mais de se décaler un peu vers la droite ou la gauche. Il est possible d’utiliser une lampe USB pour écran lorsque l’on travaille le soir.

Voici une dernière astuce pour finir: afin d’améliorer la lisibilité sur l’écran, il est recommandé d’utiliser une taille de police d’écriture agréable à lire dans les documents ou les présentations. Si toutefois les caractères sont trop petits sur l’écran, il est également possible d’effectuer un zoom sur celui-ci. Pour ce faire, il suffit d’utiliser la «Loupe» dans Microsoft Windows 10 et de sélectionner «Réduire/agrandir» dans le menu «Accessibilité» d’OS X (Apple).

3. Pouvoir travailler de manière concentrée.
Lorsque l’on travaille à bord du train, de nombreuses distractions telles que des groupes de voyageurs bruyants ou des annonces peuvent être gênantes. Certains casques, appelés casques à réduction de bruits, peuvent être utiles dans ce cas, car ils permettent de se concentrer en toute tranquillité et de se couper du bruit environnant. L’utilisation d’écouteurs avec microphone ou d’un casque est recommandée pour téléphoner. Il est ainsi possible de mieux se concentrer sur la conversation et de comprendre son interlocuteur d’autant mieux.

Une connexion Internet stable constitue l’un des aspects les plus importants du travail mobile. Du fait du grand nombre de vallées et de tunnels que compte la Suisse, il n’est pas rare de subir des interruptions dans la réception, ce qui risque de troubler la concentration. Configurer son smartphone comme point d’accès mobile de qualité permet de prévenir ces interruptions. Par ailleurs, les trains CFF sont désormais équipés de répéteurs 4G permettant de bénéficier toujours d’une bonne réception lors des déplacements en train.

Les personnes soucieuses du regard curieux des autres voyageurs peuvent se procurer un film de protection anti-regards pour ordinateur portable. Ainsi, seule la personne assise directement devant l’ordinateur portable est capable d’identifier ce qui s’affiche à l’écran, ce qui permet également de travailler sans souci sur des informations sensibles. Les prises électriques situées dans les compartiments des trains Intercity et des RER assurent l’alimentation électrique nécessaire. Au cas où aucune prise électrique n’est disponible dans un train régional, le mieux est d’anticiper et de charger la batterie de l’ordinateur portable avant le départ.

4. Éviter le stress.
La gestion du temps est essentielle en cas de travail mobile. Quelles tâches accomplir lors des déplacements? Des moments de creux doivent être prévus dans tous les cas et il est conseillé d’emporter un petit bloc-note car des retards ou des perturbations de la réception peuvent éventuellement survenir.

On ne peut que souscrire à l’idée de maximiser le temps passé dans le train. Suffisamment de phases de repos et de pauses doivent néanmoins être prévues pour éviter le stress. En particulier lors de trajets longue distance (par exemple à l’étranger), il est conseillé de bouger de temps en temps et d’effectuer une ou deux siestes afin de refaire le plein d’énergie. L’usage d’un coussin repose-tête gonflable peut sembler peu moderne, mais contribue à un sommeil réparateur.

5. Réduire le poids des bagages.
De nos jours, la technologie permet de réduire beaucoup de poids et, ainsi, de ménager le dos. À commencer par les ordinateurs portables, dont certains sont désormais des poids plumes (moins d’un kilo). Ces ultraportables sont suffisamment puissants pour effectuer des tâches complexes, mais bien souvent, une tablette ultralégère est suffisante. Les documents de travail doivent se trouver pour la plupart sous forme électronique sur des supports de stockage. Emporter des documents imprimés serait contreproductif.

Par ailleurs, une valise à roulettes ou un sac à dos sont bien meilleurs pour le dos qu’un sac à porter à la main. Malgré tous les efforts pour réduire au maximum le poids, on a vite fait de transporter deux à trois kilos de matériel en déplacement.

#weworksmart .

Participez maintenant au concours.
La semaine d’action «Work Smart Week» est consacrée cette année au thème de la santé. Quels opportunités et défis représentent les modèles de travail du futur? Comment restez-vous en bonne santé malgré les formes de travail flexibles, ou au contraire, grâce à celles-ci? Pendant la Work Smart Week qui se déroule du 15 au 19 mai, postez vos conseils en matière de santé sur Twitter avec le hashtag #weworksmart et tentez de remporter un sac à dos «Work Smart».

En savoir plus et participer au concours.

Work Smart Initiative.
Au printemps 2015, les CFF ont lancé l’initiative Work Smart en collaboration avec d’autres employeurs suisses. La promotion des formes de travail flexibles vise à atteindre les objectifs suivants: créer des conditions-cadres motivantes pour les employés hautement qualifiés;  améliorer l’accès au marché du travail de la main-d’œuvre qualifiée;  faire un usage plus judicieux des ressources et des infrastructures de transport. Informations complémentaires: http://www.work-smart-initiative.ch/fr/

 

Texte: Nadia Stillhart Diallo, Résponsable de projet, Développement durable CFF

22 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *