Découvrir la région du Jura et le Pays des Trois-Lacs en TP.

La région du Jura et le Pays des Trois-Lacs sont beaucoup plus connus du public depuis l’exposition nationale suisse, qui s’est tenue en 2002. Bien que les imposantes structures flottantes d’Expo.02 ne puissent plus être admirées sur le lac de Neuchâtel, les localités du Jura et des trois lacs (Morat, Neuchâtel et Bienne) n’en valent pas moins le détour.

Pour vous permettre de découvrir cette magnifique région sans trop avoir à planifier, les CFF vous proposent de nombreuses idées d’excursions toutes plus belles les unes que les autres. Donc rien de plus simple que de mettre le cap à l’ouest! Laissez-vous séduire par les paysages spectaculaires de la région et découvrez son patrimoine culinaire.

Presque comme une excursion scolaire!

Gare de Zurich, 7h30 du matin: accompagné de mon ami Jochen Gsell, je monte dans le train à destination de Soleure et du Pays des Trois-Lacs. Jochen vient d’acheter son billet sur l’application des CFF.

En moins d’une heure, nous rejoignons Soleure. On dit qu’il s’agit de la plus belle ville baroque de Suisse, avec ses innombrables églises, chapelles, fontaines et tours, et les élégantes maisons patriciennes de la vieille ville. L’atmosphère mi-française, mi-italienne qui s’en dégage est irrésistible: nous sommes conquis. Malheureusement, notre programme est tellement serré qu’il ne nous permet pas de visiter tranquillement la petite cité. C’est que le bateau nous attend déjà. De la gare à l’embarcadère, nous n’avons besoin que de 5 minutes en transports publics ou d’un quart d’heure à pied. Bien que les températures soient encore fraîches, nous choisissons de marcher, l’idéal pour prendre quelques beaux clichés.

Le bateau à deux étages est déjà là: nous prenons place sur le pont supérieur avec une classe de primaire, qui nous fait bien rire. Peu après, un personnel très attentionné nous sert une collation.

Notre paisible croisière sur l’Aar, entre Soleure et Bienne, dure presque deux. Nous sommes particulièrement impressionnés par la station des cigognes d’Altreu, qui nous permet de découvrir cinq nids avec des petits. Alors que le voyage touche à son but, nous arrivons à l’écluse du barrage du Port l’expérience est impressionante. Bien que le ciel soit assez couvert, je suis forcé de constater plus tard que j’aurais dû penser à la crème solaire…

Un jambon pas comme les autres pour repas de midi.

Nous quittons Bienne et après une brève correspondance à Neuchâtel, nous prenons la direction du Val-de-Travers  pour y découvrir les mines d’asphalte de La Presta. J’en avais déjà entendu parler lorsqu’il y a sept ans, j’avais rendu visite à Jean-Claude Alain de la distillerie d’absinthe La Clandestine. L’arrêt «La Presta Mines d’asphalte» n’a rien de très spectaculaire: à part une cantine abritée dans un bâtiment blanc et une cabane, il n’y a là que des prés, des arbres et quelques buffles.

Nous trouvons néanmoins le Café des Mines, qui est déjà bondé. Ici, il n’y a qu’un menu: le fameux jambon cuit à l’asphalte. Enveloppé dans plusieurs couches de papier de cuisson, il est plongé pendant quatre heures dans l’asphalte brûlant! Ce mets, aussi simple que délicieux, est servi avec un gratin de pommes de terre et des haricots verts. Maurizio, notre guide dans la mine, nous explique qu’il a déjà accueilli des visiteurs des pays les plus reculés du monde et que ces derniers n’ont pu résister ni au jambon ni à l’absinthe.

Dans la mine d’asphalte, au cœur de la montagne.

Après le repas, nous suivons Maurizio dans la vieille mine. Il est l’une des rares personnes encore en vie à avoir travaillé ici, après que la mine a été désaffectée en 1986. Loin des 25 °C de l’extérieur, nous devons faire face à une température de seulement 8 °C une fois sous terre. Dans le groupe avec lequel nous faisons notre visite, il y a aussi des Québécois et nous échangeons nos informations sur la visite en français, en allemand et en anglais.

Équipés de lampes et de casques de protection, nous nous enfonçons dans la montagne sur plusieurs centaines de mètres, tels de vrais mineurs. L’air est frais et tout est passablement humide. Au total, il y a ici plus de 100 kilomètres de galeries. Dans les entrailles de la montagne, la lumière s’éteint soudainement et pendant deux minutes, nous nous retrouvons plongés dans l’obscurité la plus totale (je n’arrive même plus à distinguer ma main devant ma figure!).

L’excellente visite guidée justifie déjà à elle seule le déplacement. Une fois revenus à la surface, les visiteurs peuvent acheter des produits régionaux comme de l’absinthe, du miel, de la confiture, du chocolat et de la bière dans la boutique de souvenirs. Après une brève «phase de dégel», nous reprenons le train direction Neuchâtel, pour descendre deux arrêts plus loin à Noiraigue.

Le monde merveilleux des gorges de l’Areuse.

Les amoureux de la nature et les photographes ne pourront qu’apprécier la petite randonnée à travers les gorges de l’Areuse qui mène vers Champ-du-Moulin. Le cours d’eau est émaillé de nombreuses cascades bouillonnantes.

Au bout d’un certain temps, nous atteignons le charmant pont de pierre du Saut du Brot, qui semble tout droit sorti d’un vieux livre de contes. Notre randonnée se termine et nous arrivons à la Maison de la Nature Neuchâteloise. L’endroit semble être idéal pour une excursion en famille. De l’autre côté de la route, il est même possible d’acheter des fossiles de la région: un sujet qui passionnera les grands comme les petits!

Bien sûr, nous aurions aimé avoir plus de temps pour explorer encore davantage la région, visiter une distillerie ou faire une dégustation de chocolats chez Goût & Région. Nous aurions pu aussi louer un vélo pour faire le retour entre le Chapeau de Napoléon  et Neuchâtel, ou poursuivre notre randonnée  ou encore aller admirer le Creux du Van, le site naturel le plus impressionnant de la région.

Offre.

  • 10% de rabais sur le voyage.
  • 10% de rabais sur la croisière sur l’Aar Soleure-Biel/Bienne ou inversement.
  • Offre combinée RailAway.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *