En avance sur son temps.

Pourquoi l’aiguille des secondes de l’horloge de gare CFF reste-t-elle toujours bloquée sur «12» avant d’entamer une nouvelle minute? Avant de passer à l’heure d’hiver, nous révélons le secret et remontons jusqu’aux origines de l’horloge de gare.

 

C’est à Sumiswald, une commune de 5000 habitants dans les profondeurs de l’Emmental, que la plus célèbre des horloges suisses est produite, par Moser-Baer. Sa particularité: une trotteuse rouge qui s’offre une petite pause à chaque minute parcourue. Nous avons rendu visite à l’entreprise pour voir comment l’horloge de gare CFF est fabriquée.

 

 

Au commencement était la palette rouge.

Hans Hilfiker, ingénieur électricien et designer, alors collaborateur aux CFF, conçoit en 1944 l’horloge de gare CFF qui traversera les époques. Il coiffe la trotteuse d’une boule en s’inspirant de la palette du chef-circulation qui expédie les trains en gare.

© CFF Historic

Moser-Baer, fabricant horloger industriel à Sumiswald, ajoute au design une technologie sophistiquée et reçoit des CFF une licence pour produire l’horloge de gare CFF que nous connaissons aujourd’hui. Si le design reste intouché, la technologie a quant à elle accueilli quelques progrès.

 

 

Le secret des pauses que s’accorde la trotteuse.

En 1947, la mécanique ne permet pas encore de faire fonctionner précisément une horloge par des impulsions à la seconde. Mais les CFF ne veulent pas renoncer à leur trotteuse. La tâche sera épineuse pour Moser-Baer.
Une solution verra cependant le jour: une horloge mère envoie chaque minute une impulsion à toutes les horloges de gare en Suisse. Cette impulsion libère la trotteuse. Cette dernière parcourt une minute en 58,5 secondes, puis reste bloquée sur le «12» jusqu’à ce qu’elle reçoive une impulsion. Ce principe permet à toutes les horloges de gare d’être précises.

  
 

La pause, c’est sacré.

Aujourd’hui, les horloges reçoivent un signal au dixième de seconde près, mais la petite pause de la trotteuse est depuis longtemps devenue sacrée. L’horloge de gare CFF a donc conservé cette particularité, qui lui confère une notoriété mondiale et la place parmi les objets exposés au Museum of Modern Art (MOMA).

 

Le saviez-vous? Le b.a.-ba des CFF.

Moser-Baer.
Les horloges de gare CFF sont produites sous licence par le fabricant horloger Moser-Baer. Sous la marque Mobatime, Moser-Baer fabrique également de nombreuses autres horloges industrielles pour l’espace public et pour les hôpitaux.

Mondaine.
Mondaine Ltd. détient la licence pour fabriquer les petits formats de l’horloge de gare CFF: montre-bracelet, gousset, réveil et horloge murale.


 

5 articles

6 pensées à “En avance sur son temps.

  1. Pour info. les horloges de gare ont été fabriquées pendant plusieurs décennies par la fabrique FAVAG à Neuchâtel et non par Moser-Bear qui a par la suite reprit le flambeau après la déconfiture de FAVAG.
    (Sauf erreur de ma part)

    1. Intéressant, je me rends fréquemment à Neuchâtel et me suis effectivement déjà demandé si il y avait un lien entre FAVAG et Moser-Baer !

    2. Monsieur,
      Merci pour votre commentaire. La société «FAVAG» (division horloges) a été acquise en 1989 par «Moser-Baer» (en ce temps-là, «J. Bosshard SA»). Source.
      Meilleures salutations,
      Daniel Schwarz, Community Manager

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *