Moteur! Un voyage en train au Festival del film Locarno

Depuis toujours, c’est en train que je me rends au Festival del film Locarno, l’un des plus grands festivals de cinéma du monde. Cette solution est écologique et pratique. Et depuis que je vis à Berne, j’apprécie encore plus le voyage: je passe toujours par Domodossola, où j’emprunte le train des Centovalli. Celui-ci traverse de romantiques forêts de marronniers et passe au-dessus de gorges impressionnantes – un vrai décor de cinéma.

Train CentovalliUn gobelet de café à la main et un bon livre dans mon sac, je monte dans le train en direction de Brigue. De là, nous rejoindrons Domodossola, en Italie. «Oh my gosh, Italy?!» Les Américains présents dans mon compartiment sont quelque peu déboussolés. Mais après une brève leçon de géographie dispensée par le sympathique agent de train, les voilà rassurés.

Tunnels, virages et viaducs
La partie la plus spectaculaire du voyage commence à Domodossola, lorsque nous montons dans le train des Centovalli. Sur ce réseau à voie étroite, le train traverse d’abord la vallée du Toce puis aborde lentement le tronçon raide et sinueux qui rallie Santa Maria Maggiore – le point le plus haut du trajet, à 836 m d’altitude. Le voyage se poursuit à travers le Valle Vigezzo, puis c’est la frontière et le passage en Suisse. À partir de là commence la descente, plutôt raide. Entre les nombreux tunnels, le regard embrasse des paysages sauvages et romantiques et de petits villages. Le train s’arrête dans le pittoresque village d’Intragna puis emprunte un viaduc de 82 m de hauteur, l’un des 83 ponts situés sur la ligne.

Le train des Centovalli constituerait un décor idéal pour un «rail movie», pendant sur rails du road movie dans lequel les protagonistes du film empruntent routes nationales et autoroutes au cours de leur périple. J’en profite pour conseiller à tous ceux qui se rendent au Festival del film Locarno en train sur un trajet moins spectaculaire de regarder un film sur leur ordinateur portable. Pourquoi pas le Crime de l’Orient Express (1974) ou Darjeeling Limited (2007)? N’oubliez pas les écouteurs, par respect pour les autres voyageurs.

Notre voyage prend fin dans la gare souterraine des FART à Locarno. FART est l’acronyme de «Ferrovie autolinee regionali ticinesi», mais ce nom fait beaucoup rire les touristes américains. En matière d’humour, tous les goûts sont dans la nature… Mais une petite touche de comédie ne peut certainement pas faire de mal en cette période de festival du film.

Mon geste en faveur de l’environnement
Au fait: les CFF sont le partenaire «Climate Neutral Event» du Festival del film Locarno qui encourage les festivaliers à utiliser les transports publics. Mon voyage en train dans le Tessin était non seulement agréable et relaxant, mais aussi écologique. En voiture, mon impact sur le climat aurait été 20 fois supérieur et j’aurais consommé quatre fois plus d’énergie.

 

 

23 articles