88e Geneva International Motor Show: cinq questions au directeur André Hefti.

La 88e édition du Geneva International Motor Show se tiendra du 8 au 18 mars 2018. Mais quel rapport entre les CFF et les voitures? À première vue aucun, et pourtant…

L’industrie automobile est en pleine effervescence. Demain, nous changerons radicalement nos habitudes et notre conception de la mobilité individuelle. Le Salon de l’automobile de Genève, qui réunit en Suisse les plus grandes marques mondiales pour la 88e édition, témoigne de cette évolution. Cette année encore, les CFF seront présents au Salon de l’automobile. Dans la halle 6, vous trouverez des informations sur Green Class CFF, notre offre de mobilité écologique qui combine le rail et la route.

Des trains spéciaux au départ et à destination de Genève

Comme chaque année, nous renforcerons notre réseau déjà dense avec des trains spéciaux au départ et à destination de Genève-Aéroport. Vous pourrez ainsi rejoindre sans stress et sans encombre le Salon de l’auto au sein du Palexpo de Genève. Faites d’une pierre deux coups et profitez des offres combinées RailAway: pour tout trajet aller-retour effectué avec les transports publics, vous bénéficierez d’une réduction de 30% sur votre billet d’entrée au salon.

 

À l’occasion d’une entrevue, le directeur du Geneva International Motor Show, André Hefti, nous confie ce qui l’enthousiasme et nous indique dans quels cas il privilégie lui-même le train plutôt que la voiture.

André Hefti, directeur du Salon de l’auto de Genève.
André Hefti, directeur du Salon de l’auto de Genève.

Dans un registre plus personnel, quand avez-vous visité le Salon de l’auto pour la première fois et quel souvenir en gardez-vous?
C’était en 1961, j’allais sur mes 14 ans, je m’en souviens très bien. A cette époque le Salon se tenait en ville de Genève, j’ai gardé comme une précieuse relique les prospectus que j’avais recueillis auprès des exposants.

 

De quoi les visiteurs de cette 88e édition du Salon de l’auto peuvent-ils se réjouir en particulier?
Cette année plus que jamais l’accent de la part des exposants est mis sur le
mariage de l’automobile avec des supports électroniques. La voiture individuelle passe par une phase évolutive comme il n’y en a eu que fort peu dans son histoire. L’harmonisation des divers moyens de locomotion est plus que jamais au cœur de l’actualité.

Avez-vous quelques chiffres à nous communiquer pour cette édition 2018?
Environ 850 véhicules sont exposés sur plus de 73 000 mètres carrés nets. L’éclairage est assuré par quelque 11 000 projecteurs disposés dans les halles 1 à 7. Durant les journées publiques, chaque jour 3 500 personnes travaillent sur les stands.

Combien de temps dure le montage d’une telle exposition?
La mise en place représente une phase extrêmement importante. Cette année, le montage des stands a commencé le 16 février, mais s’il s’agit d’un très grand stand les travaux ont déjà débuté le 8 février, sans compter la période d’acheminement.

Dans quels circonstances optez-vous plutôt pour l’utilisation des transports publics et quels sont les avantages que vous y trouvez?
Le rail, la route et les ailes: cette trilogie conditionne la mobilité individuelle. A
l’heure du choix, pour de longs déplacements en Suisse, par exemple de Zurich à Genève, je privilégie le chemin de fer qui me permet de travailler, d’étudier mes dossiers, sans devoir me préoccuper du trafic. Cette démarche génère un gain de temps appréciable.

4 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *