Petits et grands moments d’émotion à la gare.

Une gare est un lieu qui permet de remplir des fonctions d’exploitation ferroviaire. Mais pas seulement. Point de départ, d’arrivée ou de raccordement des trains, les gares sont aussi liées à des marchandises, des personnes et donc bien des histoires. Au fil des expériences, récits et événements personnels, certains endroits des gares se chargent d’émotions. Je vous propose de découvrir ci-après quelques «endroits émouvants» de la gare de Berne.

La passerelle des émotions.

C’est le lieu des émotions par excellence: le quai. Accueil, au revoir, début d’un voyage, changement, rencontres surprenantes de toutes sortes… Le nombre de situations qui peuvent faire naître des émotions, fortes ou moins importantes, est presque sans fin.

Quels étaient les rêves et les espoirs des Italiens travaillant en Suisse qui partaient en vacances de Noël dans les années 60? Nombre d’entre eux passaient la plus grande partie de l’année loin de leurs parents, de leurs femmes et de leurs enfants.

La période de Noël à la gare de Berne. Les voyageurs à destination de l’Italie font passer le temps d’attente plus vite grâce à la musique, 1958, © CFF Historic

Au moment de Noël, le trafic ferroviaire dans le Sud était si important qu’il fallait parfois faire partir des trains spéciaux des grandes gares suisses. Mais bien entendu, le trafic régulier proposait et propose encore d’innombrables raisons pouvant donner lieu à des moments d’émotion, petits et grands.

Partir à l’armée, à la pêche ou faire de l’alpinisme: en train au départ de Berne, bien évidemment, comme veut nous le faire comprendre cette photo publicitaire du milieu des années 60. © CFF Historic

 

Rendez-vous

Mais il existe aussi des lieux émouvants spécifiques à certaines gares. À la gare de Berne, la vitrine Caran d’Ache par exemple, une vitrine publicitaire de la célèbre marque de stylos, en est un. Cette vitrine, alternative au classique «point de rencontre» de la gare, était très appréciée des familles, permettant d’occuper les enfants pendant le temps d’attente. Lorsque j’étais petit, ces ours en peluche qui se déplaçaient de manière saccadée, nous amusaient beaucoup en dessinant et en faisant de la luge en hiver.

Le passage souterrain de la gare de Berne en 1936 avec l’impressionnant espace publicitaire Caran d’Ache © CFF Historic

 

Lieux chargés de souvenirs.

Une gare est aussi un lieu qui change. Des lieux qui nous sont chers ou des endroits spéciaux disparaissent et parfois, on a besoin de s’en souvenir. La gare de Berne n’a pas échappé à ce phénomène.

La «Milchgässli» en 1949, © CFF Historic

 

Marrons chauds

Pour terminer, un lieu émouvant personnel, qui n’existe plus non plus. L’un de mes plus beaux souvenirs de la gare de Berne est lié à un petit chalet de marrons chauds en forme de locomotive à vapeur. Le chalet se trouvait dans le hall d’accueil du bâtiment voyageurs et sa guirlande lumineuse colorée attirait tous les regards. Les marrons chauds rendaient mes voyages hivernaux plus agréables et me réchauffaient et le souvenir de la locomotive à vapeur me fait encore sourire aujourd’hui.

 

Est-ce que quelqu’un sait si le stand de marrons en forme de locomotive est toujours en service quelque part? Et vous, quel endroit ou quel souvenir d’une gare vous emplit de nostalgie?

4 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *