Un parfum de chocolat dans l’air du matin.

Carolin Holland a commencé à travailler chez CFF Voyageurs il y a un peu moins d’un an. Dans cet article, elle nous livre ses premières impressions sur le secteur ferroviaire et sur son quotidien d’ingénieure dans le service Technique de production à Olten.

Tôt le matin, je prends l’ICN, qui m’emmène de Zurich à Olten. Les jours d’été, comme aujourd’hui, j’aime bien marcher de la gare aux ateliers. Avant même d’avoir atteint le portail, l’odeur de la chocolaterie, reconnaissable entre toutes, flotte délicieusement dans l’air. C’est la meilleure manière de commencer la matinée. Le sourire aux lèvres, je monte l’escalier jusqu’au 3e étage. C’est là que je travaille, au service Technique de production. L’une de nos tâches consiste à assister la production. Chacun des membres de l’équipe a sa propre sphère de compétences dans la production. Ainsi, je partage avec un collègue la responsabilité de l’essai des freins aux ateliers d’Olten.

J’ai à peine allumé mon ordinateur que le téléphone sonne. Il y a des problèmes avec l’essai des freins. J’enfile rapidement mes chaussures de sécurité et mon gilet protecteur, j’attrape au vol mes lunettes de protection et je descends à la production pour trouver une solution.

En plus de l’assistance à la production, travailler sur des projets fait aussi partie de mon quotidien. Lorsque des travaux de modification ou de modernisation de véhicules sont prévus, je collabore au projet, du concept global à la production en série, en passant par la réalisation d’un prototype.

 

Transformer un véhicule requiert une vraie faculté de s’adapter.

Je vais maintenant rencontrer des fournisseurs et des collaborateurs de projet pour discuter de l’agenda prévu pour la transformation prochaine d’un prototype. De nouveaux équipements de cuisine doivent être installés dans la voiture-restaurant. Pour moi, c’est une phase de projet passionnante. En effet, ce que nous trouvons derrière les revêtements du véhicule est loin de toujours correspondre aux dessins que nous avons sous les yeux. Dans ces cas-là, il faut savoir s’adapter pour trouver rapidement une nouvelle solution avec les constructeurs, afin de parvenir à respecter les délais.

 

De l’automobile au rail.

Je suis entrée aux CFF après avoir travaillé dans le secteur automobile. Je suis impressionnée par l’ampleur des différences entre les flottes et par le travail investi dans leur maintenance et leur modernisation, que ce soit pour répondre à de nouvelles exigences légales ou pour réparer des véhicules accidentés.

L’après-midi, je me familiarise avec un nouveau projet de modernisation, qui prend en compte les prescriptions de la loi sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées. Mes tâches sont très variées et j’apprécie beaucoup de pouvoir alterner entre assistance à la production et travail de projet. Ce sont souvent les indispensables retours de la production qui permettent des améliorations.

 

Élargir sa vision.

Ma journée de travail se termine par une formation continue sur la technique ferroviaire, que je suis avec un collègue à la gare d’Olten. Pendant ce cursus de quatre mois, nous nous familiarisons avec les caractéristiques du matériel roulant et étudions certains aspects de l’infrastructure nécessaire à la sécurité du trafic ferroviaire. C’est comme cela que j’ai appris que la conception des véhicules peut déjà avoir une influence énorme sur les travaux de maintenance des voies. Cette possibilité d’élargir ma vision est très importante pour moi, elle m’est utile, ou plutôt indispensable, pour comprendre les CFF dans leur globalité.

Quand je reprends le chemin de la maison après mon cours, je me surprends souvent à scruter les signaux de circulation et à observer le montage de nouvelles voies. Une fois qu’on a goûté au rail, il est difficile de s’en passer… C’est comme l’odeur envoûtante du chocolat le matin!

 

Auteure: Carolin Holland, ingénieure spécialisée Technique de production, Industrie des véhicules, voyageurs.

 

 

 

 

 

26 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *